Mini-mémo des jeunes chercheurs et chercheuses et des jeunes enseignant·e·s-chercheurs/chercheuses - Devenir enseignant·e-chercheur/chercheuse titulaire

Publié le : 19/10/2026

 

 

 

 

 

 

 Édition 2022

 Devenir enseignant·e-chercheur/chercheuse 
                                   titulaire                                  

 

 

Sommaire

    La qualification

    Recrutement des maîtres·ses de conférences : toujours plus tardif !

    Les concours

 

 

► RETOUR AU SOMMAIRE GÉNÉRAL

 

La qualification

Pour devenir maître de conférences (MCF) ou professeur des universités (PU), la première étape est la qualification par le Conseil national des universités (CNU), instance nationale composée d’enseignants-chercheurs et assimilés, élus et nommés. Il est organisé en sections, représentant des champs disciplinaires.

Un portail est dédié aux opérations relatives à la qualification (enregistrement de candidature entre septembre et octobre, puis dépôt du dossier jusqu’à courant décembre) et au recrutement :

Des informations sur les sections et sur les critères retenus pour la qualification figurent sur le site du CNU :

Présentation des sections CNU 

 

 Revendications / Propositions 

 

Le SNESUP-FSU a de longue date revendiqué une formation initiale et continue sur les missions des enseignants-chercheurs, et réclamé que ce temps de formation soit décompté des obligations de service. Il a été à l’initiative des décharges que certaines universités ont mis en place pour les néo-recrutés.

Ses actions ont permis l’introduction en 2017 d'une formation pédagogique pour tous les maîtres de conférences durant leur année de stage. Elle s'accompagne d’un allègement de service de 32h TD. Les intéressés bénéficient d’une décharge complémentaire de 32h TD cumulée sur les cinq années suivantes s’ils souhaitent participer à une formation complémentaire.

Le SNESUP-FSU demande une réduction de moitié du service les trois années suivant un premier recrutement dans le supérieur.

 

 

Recrutement des maîtres·ses de conférences : toujours plus tardif !

 

Le taux de recrutement, deux ans au plus après la thèse, ne cesse de diminuer :

68,5 % en 2002 ; 64 % en 2006 ; 53 % en 2012 ; 43,5 % en 2018.

Celui des embauches six ou sept ans après la thèse ne cesse de croître :

8 % en 2006, 15 % en 2012 ; 21,8 % en 2018 !

 

Les concours

Les concours de recrutement sont ouverts aux candidats préalablement qualifiés. La plupart des recrutements se font selon une campagne synchronisée ; elle débute, pour des postes à pourvoir au 1er septembre, par le dépôt de candidature via l’application Galaxie entre fin février et fin mars. Pour chaque poste un comité de sélection (jury de concours) est créé. Il se réunit en deux temps : examen des dossiers de candidatures, puis audition des candidats retenus. Le comité considère la qualité scientifique du dossier et son adéquation au profil du poste (recherche et enseignement). Un contact direct avec le laboratoire d’affectation de l’emploi est indispensable.

En cas de contentieux à l’occasion de la procédure de recrutement, le SNESUP-FSU peut vous aider à étudier la possibilité d’un recours.

 

Référence

Décret n° 84-431 du 6 juin 1984 article 9 et 22 à 32-1

 

► RETOUR AU SOMMAIRE GÉNÉRAL