Le 13 octobre, à l’appel de l’intersyndicale nationale, en France et en Europe, mobilisons-nous contre l’austérité, pour les salaires et l’égalité femmes-hommes !! - Tract femmes FSU

Documents joints : 
Publié le : 30/09/2023

Pour l'égalité salariale, on ne lâchera pas !

Appel de la FSU

 

Le 13 octobre, à l’appel de l’intersyndicale nationale, en France et en Europe, mobilisons-nous contre l’austérité, pour les salaires et l’égalité femmes-hommes !

 

Bien que l’égalité des genres soit affichée comme l’une des priorités de la Commission européenne, force est de constater que les inégalités salariales entre les femmes et les hommes peinent à se résorber du fait des politiques d’austérité qui impactent négativement les droits des salarié∙es, en particulier ceux des femmes. D’après Eurostat, en 2021, les femmes gagnaient en moyenne 12,7 % de moins que les hommes dans l’UE.

En France, plus de 50 ans après le vote de la première loi sur l'égalité professionnelle, les inégalités salariales entre femmes et hommes persistent. Dans la Fonction publique, le salaire moyen des agentes reste globalement inférieur de 19% à celui des agents, et même de 12,3% en équivalent temps plein. Les écarts se creusent encore davantage au cours de la carrière. La loi de transformation de la Fonction Publique a encore accentué ces inégalité en favorisant le recours aux contractuel∙les qui sont majoritairement des femmes, le plus souvent avec un salaire faible et des temps partiels imposés.

 

Alors que les femmes représentent 63% des personnels de la Fonction publique, elles sont majoritaires parmi les bas salaires (70% d'entre elles sont sur les 10% des emplois les moins rémunérés), et souvent cantonnées à des métiers « essentiels » mais très stéréotypés (soin, service à la personne, éducation, agente technique de nettoyage, secteur du travail social...) qui ne bénéficient ni de revalorisations salariales ambitieuses ni d’amélioration des conditions de travail. Les violences sexistes et sexuelles dont elles sont victimes dans le cadre du travail impactent aussi négativement leur déroulement de carrière.

À la retraite, elles continuent de subir de fortes injustices concernant leurs pensions qui, hors réversion, restent 40% inférieures à celle des agents.

Dans le contexte d'inflation galopante, sans mesure générale et spécifique, les agentes comme les retraitées seront donc plus pénalisées.

Pour la FSU, l'obligation « à travail de valeur égale, salaire égal » inscrite dans la loi doit être appliquée maintenant !

 

Parce que l’Égalité doit devenir enfin une réalité dans toute la Fonction Publique, la FSU appelle les personnels à se mobiliser et à participer aux actions organisées le 13/10 dans les territoires sous toutes ces formes (grèves, rassemblements, manifestations, débrayages).

 

La FSU exige :

• le dégel de la valeur du point d'indice ainsi qu'un plan d’urgence pour des mesures de revalorisation salariale, de

carrière et de rattrapage du pouvoir d'achat.

• une politique de fiscalité plus juste, ainsi qu'une meilleure répartition des richesses.

• Des mesures correctives pour éradiquer les inégalités de pensions et enfin gommer la scandaleuse différence de 40%.

• La fin de la précarité et des emplois statutaires pour tous les métiers de la fonction publique.

 

Pour la Fonction publique et ses agent∙es : on ne lâchera pas !

Pour la FSU, l'égalité doit se concrétiser. Les services publics doivent être renforcés

par des mesures qui consolident les droits et les missions de toutes et tous.

 

La FSU exige :

• du ministère de la Fonction publique et de tous les employeurs publics de s'engager concrètement pour des mesures

permettant de gommer les effets négatifs sur la rémunération des femmes : déroulement de carrière, part variable de la

rémunération, ségrégation professionnelle, temps de travail…

• de relever le niveau des salaires et des pensions et rappelle la nécessité de trouver des sources de financement

supplémentaire pour garantir la pérennité du système de retraite. L’égalité salariale est un des leviers.