SÉLECTION, PIÈGE À… ?

Documents joints : 
Publié le : 29/11/2017

 

Communiqué de la section SNESUP-FSU de l'université de Bordeaux Montaigne
 

 

Ce projet de loi relatif à l'orientation et à la réussite des étudiant.e.s instaure et généralise la sélection à l'entrée en première année de Licence. S'il maintient le principe suivant lequel « le premier cycle est ouvert à tous les titulaires du baccalauréat », il supprime la phrase suivante : « Tout candidat est libre de s'inscrire dans l'établissement de son choix etc. ».

 

 

En lieu et place de cette liberté d'inscription, il se propose d'instaurer quatre cas de figure :

1) Les effectifs dépassent les capacités d'accueil. Selon le projet, « les inscriptions sont prononcées par le président ou directeur de l'établissement dans la limite des capacités d'accueil, au regard de la cohérence entre, d'une part, le projet de formation du candidat, les acquis de sa formation et ses compétences, d'autre part, les caractéristiques de la formation ».

2) Lorsque tel n'est pas le cas, le dossier de chaque lycéen et chaque lycéenne sera examiné. À la suite de cet examen de candidature, le futur étudiant et la future étudiante pourront se voir imposer, comme condition à leur inscription, l'inscription à « des dispositifs d'accompagnement pédagogique ou du parcours de formation personnalisé proposés par l'établissement ».

3) Après examen de sa candidature, l'étudiant ou l'étudiante est admis.e en L1, sans avoir à participer au moindre dispositif d'accompagnement pédagogique.

4) Si aucun des voeux (au maximum dix, sans ordre de préférence) n'est satisfait, parce que « le premier cycle est ouvert à tous les titulaires du baccalauréat », il reviendrait au recteur de l'académie de proposer « aux candidats domiciliés dans la région académique […] une inscription dans une formation en tenant compte, d'une part, des caractéristiques de cette dernière et, d'autre part, des acquis de leur formation et de leurs compétences », après un « dialogue » et « avec l'accord de l'intéressé ». (...)

 

Lire la suite !