Décès de Claude Lécaille : hommages et témoignages

Publié le : 14/03/2018

C’est avec beaucoup de tristesse que nous vous faisons part du décès de Claude Lécaille survenu le 8 mars 2018 à l'âge de quatre vingts ans.
 
Claude Lécaille a été secrétaire général de notre syndicat de 1993 à 1997, aux cotés de Guy Odent et Gérard Lauton, secrétaires généraux adjoints. Militant syndical et politique, il s’est battu face aux gouvernements de François Fillon et de François Bayrou contre la privatisation de l'Université et pour le renforcement du service public d'enseignement supérieur et de recherche. Chimiste et universitaire, il a développé un enseignement original et rigoureux de l’histoire des sciences.
 
Ses camarades gardent le souvenir d’un homme déterminé, modeste et d’une profonde humanité.
 
Nous pensons aux membres de sa famille auxquels nous transmettons nos plus sincères condoléances
 
Hervé Christofol, secrétaire général SNESUP-FSU

 


AVIS DE DÉCÈS DE SA FAMILLE
 
Nous sommes au regret de vous faire part du décès soudain de Claude Lécaille, le 8 mars 2018, dans sa quatre-vingtième année.
 
Enseignant-chercheur de Chimie et d’Histoire des Sciences à l’université Paris VII (Denis Diderot), auteur de nombreux ouvrages, Claude Lécaille a fait preuve d’un sens d’humanité profond et remarquable, d’une détermination et d’un humour à toute épreuve et d’une grande modestie.
 
Il est resté tout au long de sa vie un militant syndical et politique rigoureux et engagé.
 
Secrétaire général du Snesup dans les années 90, il n’a eu de cesse d'agir (entre autres choses) contre la privatisation de l’Université et pour le renforcement du service public d’enseignement supérieur et de recherche.
 
Homme de sciences conséquent et matérialiste convaincu, il a fait don de son corps à la science.
 
Sa camarade et son épouse : Paule Djiane Lécaille
Ses enfants
Ses petits-enfants.
 
 

 

Cette page est destinée à recevoir vos hommages et témoignages
 
 

 
 

TEMOIGNAGE DE SIMONE ET CLAUDE MAZAURIC

A son épouse et à tous les proches de Claude,
L'annonce du décès de Claude, mon cadet de quelques années mais un ami et compagnon très cher, me désole, nous désole, Simone et moi. Simone qui l'a connu et fréquenté comme historien des sciences, moi qui ai bénéficié de ses conseils avisés quand j'exerçais des responsabilités au SNESup, n'oublions ni sa générosité, ni sa faconde et moins encore son engagement sincère, souvent enthousiaste, jamais médiocre dans le commun combat pour la juste voie, la raison, la liberté d'être soi-même. Le reste n'a que peu d'importance : Claude Lécaille a mérité d'avoir vécu dans l'honneur comme il l'a fait et, de ce fait, il est inoubliable. Croyez, chers amis, tous, à notre profonde sympathie et affliction. Adieu l'ami ! Fraternellement.

***

TEMOIGNAGE DE JEAN-CLAUDE GARRIC

Claude Seureau m'avait déjà transmis hier la triste nouvelle du décès de Claude, j'en suis bouleversé.
Que de souvenirs me reviennent, de nos luttes communes, de nos moments de fraternité collective, mais aussi de ses témoignages d'amitié et d'affection à mon égard. Quand j'étais au SN et à la fin de son mandat de SG en 1997, Claude a fait preuve de beaucoup de persuasion pour me convaincre d'accepter la proposition de prendre sa suite comme SG, ce qui n'était pas mon souhait premier. Mais ensuite, après mon élection, il ne m'a pas laissé me "dépatouiller" tout seul avec mes nouvelles responsabilités, il m'a soutenu et aidé, particulièrement au début de mon mandat (mais aussi après) en me faisant profiter de son expérience, et ce avec beaucoup d'amitié et de respect.

Claude était un copain chaleureux, un grand syndicaliste et un militant politique résolu, déterminé à défendre nos valeurs de démocratie et de justice sociale, comme il nous en faudrait plus sans doute par les temps qui courent. Le SNESUP lui doit beaucoup.

Merci Claude, nous ne t'oublierons pas.

 
***
 
TEMOIGNAGE DE JEAN ORTIZ
Claude Lecaille est parti... nous avons vécu avec Claude, secrétaire général du SNESup, des moments importants de lutte et de débats. Je garderai le souvenir de ce temps des camarades.
 
Claude avait des valeurs altruistes, toujours dans la confrontation de classe, fidèle à ses engagements syndicaux et politiques. Il était souvent venu à Pau, et il me revient des images cocasses; c'était "un chic type".
 
Permettez-moi également de sourire en revoyant Claude arriver avec son chien aux réunions de la direction.
 
Salut, vieux frère! "No pasarán!"
 

***

TEMOIGNAGE DE JEAN-YVES DUYCK
 
Je partage aussi cette tristesse. Je l'ai bien connu mais plus tardivement et j'ai comme souvenir (entre autres) que quelques-uns d'entre nous l'appelaient "ma petite caille" avec une certaine tendresse. Bien amicalement
 
***
 
TEMOIGNAGE DE JEAN-PAUL LAINE
 
J'ouvre à l'instant mon ordi et je trouve ton courriel, Claude "l’autre"... et c'est une forte émotion qui m'étreint.
Je partage complètement les quelques mots de votre message, à Gérard et toi: humanité, humour et détermination.
Il a fait partie de ceux qui me donnaient envie d'aller chaque semaine au 78 rue du faubourg; je l'avais connu peu de temps après 1968 chez des amis et camarades communs de la fac de Rouen," camarades-camarades" si j'ose dire.
Le petit soleil timide d'aujourd'hui vient de se cacher.
 

***

TEMOIGNAGE DE GERARD LAUTON 

 
J’ai eu la chance de siéger au SN du SNESUP lorsque Claude en était le SG. D’un abord amical et souvent joyeux, il nous laisse le souvenir d’un militant rayonnant par sa liberté d’esprit intransigeante, sa gouaille, sa passion pour le service public de l’ESR. Je l’ai entendu ferrailler par téléphone sur France Inter avec François Fillon, le ministre de l’ESR du gouvernement Balladur. Ce ministre qui avait osé dire « L’Anthropologie, c’est fini » selon sa vision étriquée d’une recherche concentrée sur quelques créneaux. Mais Claude était aussi l’universitaire, le spécialiste réputé de l’Histoire des Sciences, qui savait faire partager une passion communicative pour les biographies et les travaux des savants du XVIIIème siècle, particulièrement le grand Antoine Lavoisier, avec de savoureuses anecdotes. Ces aventures scientifiques ont irrigué ses nombreux ouvrages à lire et à partager.
 
***
 
TEMOIGNAGE DE JEAN FABBRI

Avec Claude Lécaille s'installait facilement une grande proximité même si nous n'étions ni de la même génération, ni des mêmes disciplines ou universités. Il avait ce tempérament ouvert qui allie rigueur scientifique et lucidité politique avec suffisamment d'humour pour éviter le dogmatisme. Après avoir contribué à la direction du syndicat il est resté attentif aux évolutions du monde universitaire et de notre syndicat avec une grande fidélité en sa conception universitaire, humaniste, rationaliste et résolument de transformation sociale.

La camaraderie fraternelle il la faisait vivre.

Je regrette beaucoup d'avoir été prévenu aussi tardivement de sa maladie.

***

TEMOIGNAGE D'OLIVIER GEBUHRER

J‘apprends avec une profonde tristesse que Claude Lecaille nous a quitté ; j’ai gardé de lui le souvenir d’un homme chaleureux, soucieux des autres, plein d’humour.

A ses côtés mon passage au Secrétariat National compte parmi les plus productifs et heureux de mon activité militante qui lui doit immensément ; il m’avait fait confiance et entre nous s’étaient développés des liens très forts. Claude fut un Secrétaire National de premier ordre, un battant. Il aimait le travail de pro et détestait le dilettantisme. En même temps que son rôle à la Direction Nationale fut un moment majeur de notre Histoire Collective c’était un militant d’une immense modestie. Il savait donner du travail à toutes les compétences et ne tirait jamais la couverture à lui.

On ne peut que s’incliner devant sa mémoire ; à tous les siens je veux transmettre ma très profonde émotion et mes condoléances émues.

***

TEMOIGNAGE D'HERVE LELOUREC

Claude Lécaille était venu à Nantes nous apporter le soutien de la direction nationale pour un congrès local du Snesup et c'est là que j'ai rencontré un homme chaleureux, au militantisme joyeux et déterminé, respectueux des autres, donnant envie de s'engager dans l'action syndicale.

C'est avec tristesse que j'apprends son décès.

***

TEMOIGNAGE DE YVES GERIN

Condoleances à ce heros
 
***

TEMOIGNAGE DE JEAN ROSMORDUC

J'ai le grand chagrin de vous faire part de la disparition de Claude Lécaille,historien de la chimie.Au syndicat,au Parti,à l'Union Rationaliste,j'ai eu maintes fois l'occasion de travailler,de militer avec Claude,qui était non seulement un camarade et un partenaire,mais surtout un ami.Très passionné mais aussi très chaleureux, il fut de ces pionniers de l'introduction de l'histoire des sciences dans les facultés des sciences,de ceux qui ont combattu toute leur vie pour la démocratisation de l'Université et de la société toute entière. Après celles de Paul Brouzeng et de Jean-Pierre Kahane,sa disparition me laisse un vide qui ne se comblera pas.

Adieu Claude

***

TEMOIGNAGE DE ROBERTA BRAYNER

Claude Lécaille était un enseignant fantastique ! Il me manque !

***

TEMOIGNAGE DE MAURICE HERIN

La mort de Claude Lécaille est un choc pour qui l'a côtoyé dans son activité militante. Claude c'était la rigueur dans ce domaine clé de l'histoire des sciences qu'il associait  toujours aux mouvements de la société Claude c'était la rigueur syndicale et politique : le mouvement social et les transformations de cette société d'exploitation capitaliste et d'injustice, Claude les liait toujours dans sa réflexion. Claude ouvrait les discussions, parfois tranchées, carrées. Et toujours avec cette gouaille inimitable. Comme tous ses camarades j'en gardais et j'en garde, le sentiment du respect mutuel et disons le d'affection partagée. Claude aura été un témoin historique de temps mouvementés, un précurseur  des mouvements à venir et  un homme de générosité
Solidarité affectueuse à ses proches.
 
***
 
TEMOIGNAGE DE MICHEL KAPLAN

 

J'ai eu la chance de côtoyer Claude à la CA et au Bureau National du SNESUP durant plus de dix ans. Claude était un camarade exceptionnel à la fois par la rigueur de ses positions et la chaleur de son amitié, le tout avec un sens de l'humour qui faisait attendre ses interventions avec impatience (pour les familiers de la CA, c'est tout dire!). Le hasard nous a fait habiter durant vingt ans des deux côtés de la même rue, ce qui nous valu des réunions syndicales impromptues, d'autant plus détachées que nous n'avions plus de responsabilités dans la direction du syndicat. Et de plus, nous étions tous les deux fumeurs de pipe. Mais je reconnais qu'il l'emportait sans difficulté sur moi par la soigneuse
longueur de la barbe. Je viens de perdre un ami au sens plein du terme. 
 
***
 
TEMOIGNAGE DE CATHERINE MILLS
 
J'ai appris avec une profonde tristesse le décès de Claude Lécaille, mémorable secrétaire du SNESUP et figure historique du 5 ème, longtemps secrétaire de la section PCF5 de Jussieu. Un monument d'humour, de gaité et de bon sens. Je l'aimais beaucoup.